DEBORAH DE ROBERTIS – MÉMOIRE DE L’ORIGINE

wil

Depuis plusieurs années, j’étais convaincu que rien, en art, ne pouvait être fait de bien neuf sur le question du sexe. Le sexe est partout, et sa représentation dans l’art n’est plus vecteur de la moindre perspective d’émancipation ni de la moindre transgression. La pertinence de questions telles que celle du genre et de la famille ne relèvent plus du domaine du symbolique mais de celui de la lutte sur … Lire la suite