Les pensées navigantes à vues de Sam Moore sans Haïku – 24 avril 2016 …

Le chuintement qui se produisait dans la bouche, faisait fondre le beurre. Au palmarès, des fleurs en tête, la calla rouge parée de sa robe noire s’introduisit sur le devant. En équilibre sur le parapet une feuille multicolore et fluette se dandinait. Au milieu de tout cela, le caramel filait doux, laissant son fumet odorant dans les moindres recoins du jardin. Un arbre au caramel, voilà une plantation qui ferait … Lire la suite

Les pensées navigantes à vues de Sam Moore avec Haïkus – 19 avril 2016 …

Recording,
 
L’oiseau picore
le chien dépanne la télé
je saute à pieds joints
 
Le 1er s’improvisait en fin de journée avant que le jour ne tombe,
les autres suivirent,
 
Un ballon au pied
Atlas en guise de socle
on en perd le nord
 
Le marabout patine
des chiens de toute part
coulent des bronzes
 
Combat de lièvres
sous la nuque des dés pipés
un trapèze jaune
 
Le faisan chinois
campe Lire la suite

Copinage : le Journal audiobiographique par Alexandre Castant

Journalaudiobiographique2

Nous sommes heureux d’annoncer la sortie en librairie de l’ouvrage de notre rédacteur Alexandre Castant. Presque dix ans après la publication aux éditions monografik de Planètes sonores (réédition augmentée en 2010), l’auteur poursuit chez Scala ses pérégrinations sonores et plastiques.

En voici le sommaire :

Ouverture
Le son comme un acteur diariste. – Les arts sonores.

I. Journal audiobiographique
Journal sonore du Testament d’Orphée de Jean Cocteau (1960)
Le vif

Lire la suite

Les pensées navigantes à vues de Sam Moore avec Haïku – 11 avril 2016 …

Je pense aux haïkus de jardin, un peu comme des sculptures éparses venues des alentours et qui se retrouveraient dans le jardin à la nuit tombée pour discuter de demain. Au début, les messages apparaissent cryptées puis de plus en plus agitées.  Au bout de plusieurs retrouvailles, des groupes se forment et se déforment, une résistance s’organise. 
 Les haïkus de jardin sont partout et nul part, souvent invisibles mais toujours Lire la suite

Les pensées navigantes à vues de Sam Moore sans Haïku – 30 mars 2016 … i

Le rocher du poète est comme une grenouille prête à croasser.

le décalage de la vue entre mes yeux projette les rochers comme d’importants volumes sur lesquels je ne casse pas de briques, mais les ronces du bout m’empêchent d’aller plus loin.

Persistance. Je me demandais combien de temps encore il me faudrait continuer à poncer, probablement jusqu’à ce que la pierre apparaisse. Le sable cristallin se métamorphose à vue Lire la suite

Les pensées navigantes à vues de Sam Moore avec Haïku – 19, 20, 21 mars 2016 … in Sam Moore et les introuvables…

Je m’essayais dans le clignement des yeux pour tester la profondeur de champ. 3 plans. 
Un premier plan, gros plan légèrement flou, j’hésitais entre un motif coloré ou une surface bombée et réfléchissante qui renverrait vers un hors champ. Un second plan qui s’il n’était pas en premier passerait en deuxième ou bien le fruit d’une main agitée. 
Un troisième plan, une silhouette passante et repassante entre les herbes frivoles…Lire la suite