Les pensées de Sam Moore, Linguitude et clignotements dans la nuit retardée, 24-26 octobre 2020

Dans la pénombre, la cuisine laisse clignoter une kyrielle de diodes lumineuses chiffrées. Des pendules à gogo et pourtant il n’y en a pas une qui donne la bonne heure. La plupart sont en avance et comme on pense l’avance acquise, on se déleste du poids de l’heure qu’on finit par être en retard. Il y a encore du jeu à avoir, pousser le time in pour que le retard devienne de l’avance. Après tout cela ne devrait pas être si difficile que ça, il suffit de commencer par oublier qu’on est en retard pour que le retard soit suffisamment large pour passer l’out et qu’avec une largeur d’avance on glisse vers le prochain in.

il n’est jamais trop tard, quand faisons-nous les choses ou bien il est toujours trop tard, quand nous faisons les choses – Fuzzyyyyyy – tel un sifflement qui prend le poids de la mesure de la linguitude – la linguitude c’est comme absorber des linguinis en altitude, y’a forcément les bouts qui chuintent – Fuuuuuuzzzzyyyyyy – Madeline

Madeleine. Sam Moore avait le sentiment de tout oublier, même le temps qui tombe, d’ailleurs il tombe et passe en même temps, plus il tombe, plus les montagnes s’accroissent et le panorama mue. Un instant il s’était pris au jeu à regarder le paysage se transformer qu’il en avait oublié de tomber, le réseau avait continué sans lui. D’ailleurs il avait trouvé la linguitude en tombant juste à côté du sous-bois, ce qui lui avait permis de contempler avec délectation les mues panoramiques.

La ribambelle chiffrée se transformait petit à petit en petits bâtonnets lumineux qui se mouvait au fil des déplacements dessinant de manière incongrue et extraordinaire, une pivoine bleue

l’idée de la vérité n’existe que dans son contraire, bleue pivoine

Fuuuuuzzzzzy hiiiiiiiiiii

Madeline and Madeleine avancèrent à visage découvert.

Clairement il y a redoublement de la série,

les pivoines se dédoublent aussi

J’ai tellement pensé aux pendules qui avancent seuls dans l’hiver jusqu’à en provoquer la fin du jour que j’en ai oublié certaines qui avaient besoin d’être accompagné et j’ai fini par être en avance sur le début du jour. Cette avance partielle m’a juste rappelé qu’on était sacrément en retard, qu’il fallait à nouveau décoller les aiguilles du fond, leur donner du répit pour que leurs ombres apparaissent. Une opportunité d’allègement de la pression du temps. La linguitude semblait tomber à pic. La prise en main des linguinis était un des éléments essentiels pour le bon déroulé des opérations. Pincer l’une des extrémités entre le pouce et l’index en veillant à garder le plat au-dessus pour que le vent puisse s’engouffrer sans encombre. Un chuintement se faisait alors entendre et dans son prolongement, on entendrait bien distinctement

Fuzyyyyyyyyyyy

Les pensées de Sam Moore, Linguitude et clignotements dans la nuit retardée, 24-26 octobre 2020
+ Editons Ma bibliothèque par Sharon Kivland : https://mabibliotheque.cargo.site/Anabelle-Hulaut-Les-Pensees-de-Sam-Moore-2019
+ quelques pensées diffusées sur www.courte-line.net