Extrait de Les pensées de Sam Moore et suite en hiver (VI) …

Je recevais un nouveau message de PB, comme à l’écho
Beau !
Reprenant,  
Vue rapprochée, le flou persiste…
Et moi  : A très peu de distance , à peine reculé ( titre de mon expo à rouen)   :  À très peu de distance, à peine reculé” est un extrait de” La Vue” de Raymond Roussel, un de ses premiers ouvrages, prose versifiée, où l ‘auteur décrit pendant des pages   une vaste vue panoramique d’une station balnéaire perçue à travers l ‘oeilleton minuscule ornant le manche d’un porte plume 
Et son message se terminait comme par une sensation,
 “tu brûles”  …….comme on dit dans ce jeu où on est à la recherche de qqchose et qu’on en s’ approche  !
La nouvelle s’approchait fondamentalement dans le brouillard qui s’épaississait. Et comme une enseigne de barbier, elle tourna les sangs de Sam Moore. 
Très lentement, il fouilla ses poches qu’il avait retrouvé, moules confondus, à la recherche de cet autre oeilleton. 
Il pensait vraisemblablement, car ses pensées étaient probablement ailleurs légèrement déconnectées, à son alter celui qui avait ouvert la parabole de l’anti-chambre et auquel il se référait, à demi. Une espèce d’espace hors champ vue à travers le petit bout d’une lorgnette et oeuvrant sur la parade du regard. Ames room, le mot avait été lâché pour la seconde fois, the beginning… revenant sur le devant. 

Un trou. Un trou pas plus gros qu’une balle. Un petit trou ayant le pouvoir d’être lumineux dans l’obscurité.
Extrait de Les pensées de Sam Moore et suite en hiver (VI)…  avec message de Pierre Besson en écho à son exposition « A très peu de distance, à peine reculé… » à la MAM GALERIE,  20 rue Alsace Lorraine 76000 Rouen – Exposition du 28 février au 4 avril 2015.