STEVE REICH WTC 9/11

Jérôme Lefèvre

Le 18 janvier dernier avait lieu la création française de la pièce WTC 9/11 à la Cité de la Musique (1). Ce soir là, le Kronos Quartet interprétait outre Steve Reich des pièces de Bryce Dessner, de Nicole Lizée, d’Alireza Farhang, de Wolgang Rihm et de Laurie Anderson. Le programme était fidèle à la ligne artistique de la célèbre formation. Le Kronos Quartet se distingue en effet depuis longtemps à la fois pour son répertoire en musique contemporaine de pointe et pour ses arrangements de musique rock, traditionnelle de même que pour ses audaces régulières. Il y a un an exactement, le Kronos Quartet donnait par exemple un concert avec Noam Chomsky pour une lecture en direct au MIT (2). Le concert de Paris ne dérogeait pas à la règle et à l’issue de la première du WTC 9/11 de Steve Reich, le quartet a donné en guise d’« encore » Ya Habibi Ta’ala de l’Égyptien Midhat Assem et une reprise « improvisée » de La Foule d’Edith Piaf.

Arrêt sur histoire

WTC 9/11 – dont l’enregistrement est disponible depuis septembre 2011 – est initialement une commande du Kronos Quartet d’une composition pour quatuor et voix préenregistrées. Ce n’est qu’après plusieurs mois que l’idée d’une pièce sur son expérience de l’attentat du 11 septembre 2001 s’impose à Steve Reich.

Il y travaillera en utilisant des archives tirées du domaine public : le NORAD (Commandement de la Défense Aérospaciale Américaine), le FDNY (Fire Department of New York) et les voix des proches avec qui il a partagé l’expérience à distance. Outre les voix préenregistrées, la composition intègre également le son du signal indiquant le dérangement de la ligne téléphonique aux Etats-Unis. Étant donné que Steve Reich n’était pas à New York quand l’incident est survenu, il a été en relation téléphonique avec ses proches par téléphone de manière ininterrompue pendant six heures.

La pièce est volontairement concise – 16 minutes – et sur un tempo inchangé malgré une division en 3 parties. La pièce débute sur le signal téléphonique en question et le même niveau de tension est maintenu jusque la dernière section dans laquelle sont récités des chants de veille des morts. Le rythme de même que l’urgence et l’incompréhension décelable dans les voix rappellent Different Trains la première collaboration de ce type entre le Kronos Quartet et Steve Reich en 1988 (3). La maîtrise technique d’échantillonnage intégrée à la composition rappelle aussi des pièces plus récentes comme City Life. Je pense notamment à l’utilisation brillante du son des souffles et autres bruits inhérents documents téléphoniques.

Il en résulte une pièce non seulement à la singularité incontestable mais aussi historique.

Arrêt sur image

A la sortie du disque, la pochette du disque a suscité la polémique. On reprochait à Steve Reich et au label Nonesuch – également le label du Kronos Quartet – de montrer le tragique événement sous un jour positif par le biais d’un visuel trop « esthétisant ». Non seulement la pièce fait référence à un événement historique – je pense qu’on retiendra l’attentat contre le World Trace Center en 2001 comme un symbole historique du World To Come pour reprendre l’expression utilisée par David Lang – mais elle a suscité une polémique inédite pour le compositeur.

Étonnamment, ça n’est pas une question musicale mais d’image dont il s’agit. La photographie documentaire de Masatomo Kuriya dont ont été abreuvés les médias internationaux a été jugée inadaptée au contexte du disque pour la raison évoquée plus haut. Pourtant, quoi de plus naturel que d’utiliser un cliché documentaire relatif à l’événement pour une pièce musicale dédiée au même événement incorporant elle-même des documents saisis en direct. Le visuel a dû être remplacé. En conséquence, la maison de disque a préféré retarder de quinze jours pour laisser passer les commémorations.

L’art a beaucoup à voir avoir avec l’histoire, il est même directement notre histoire et les manuels d’histoire n’ont pas fini d’être illustrés d’œuvres d’artistes. Depuis toujours l’art nous aide à comprendre l’histoire et je crois que c’est le cas du WTC 9/11. La pièce est un témoignage personnel autant qu’une œuvre commémorative et c’est tout à son avantage. Dans le livret de disque la description que Steve Reich fait de l’œuvre est aussi succincte qu’est l’œuvre elle-même, le livret ne tente justement pas d’entrer dans les problématiques politiques ou historiciennes de l’événement. La démarche entière de Steve Reich reste fidèle à l’intention de départ Au final, l’illustration définitive est peut-être meilleure que la version initiale car plus poétique et singulière.

Outre WTC 9/11, le disque comprend également deux autres pièces : le Mallet Quartet interprété par l’ensemble Sö Percussion et Dance Patterns par Steve Reich and Musicians. Je m’arrêterai plus volontiers sur la seconde. Cette courte pièce de 6 minutes est en effet une véritable pépite composée pour piano, xylophone et vibraphone. Divisée en 4 petites sections et une grande coda, elle alterne passages lents, mélodiques et passages vifs et rythmiques. Elle fait la démonstration en quelques minutes de talent de Steve Reich pour allier harmonie et complexité rythmique. La pièce était initialement une commande de l’ensemble Ictus pour le film Counterphrases of de Keersmaeker’s Choregraphy du compositeur Thierry de Mey pour sa femme chorégraphe Anne Teresa de Keersmaeker.

Steve Reich WTC 9/11 comprend deux disques : les trois morceaux sur le premier et un dvd de l’enregistrement de Mallet Quartet par Sö Percussion sur le second.

Steve Reich

WTC 9/11

Kronos Quartet, Sö Percussion et Steve Reich Ensemble

Nonesuch

www.nonesuch.com

Cité de la Musique, Paris

www.citedelamusique.com

(1) : 5ème Biennale de Quatuors à cordes, Cité de la Musique, Paris

(2) : Le MIT New Music Marathon s’est tenu en avril 2011 curaté par le musicien et compositeur Evan Ziporyn et le scientifique Kenan Sahin. MIT (Massachusetts Institute of Technology) Cambrige, MA.

(3) : Different Trains est également une commande du Kronos Quartet (avec de Betty Freeman) en 1988, enregistrement disponible Different Trains / Electric Counterpoint, Nonesuch 1989.