DOCUMENTA (13) GENEROSITE AMBIGUË ET PULVERISATION DE LA CULTURE

La Documenta de Kassel (Allemagne) est depuis 1955 un exercice de style. Cette manifestation consacrée aux arts plastiques et visuels se veut le « baromètre » de la création contemporaine. Chaque édition, d’abord tous les quatre puis tous les cinq ans, doit différer de la précédente par ses contenus, sa thématique mais aussi, bientôt, son organisation, en tendance toujours plus expansive.

Documenta (13) 2012 - Photo : Rosa Maria Rühling

Ce que ne dément pas cette 13ème édition, dont la direction artistique a été confiée à Carolyn Christov-Bakargiev, actuelle directrice du Castello di Rivoli (Turin) et organisatrice d’expositions internationales, dont la récente biennale de Sydney. Cette fois, la Documenta joue l’éparpillement géographique, entre Kassel, son berceau historique, Kaboul en Afghanistan, Alexandrie et Le Caire en Égypte, le campus de Banff en Alberta, au Canada. L’offre proposée au spectateur est pléthorique : trois cents artistes, des vivants comme des morts, plus de cinquante lieux d’exposition, un musée temporaire empli d’artefacts divers renvoyant à de multiples cultures du passé, outre séminaires et conférences en grand nombre… Intitulé de la manifestation, inspiré par la ville de Kassel, soumise à d’intenses bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale, et en large part rebâtie, Destruction et reconstruction. Le tout, comme l’a signifié Christov-Bakargiev, prend le risque délibéré de la « confusion », dont l’essence rejoint selon la directrice artistique de la Documenta (13) ce que serait l’art actuel, moins que jamais définissable.

Lors de la lecture de l’article ci-dessous, vous pouvez consulter l’excellent site de nos confrères allemands et leurs portfolios, lieu par lieu :
http://universes-in-universe.org/eng/bien/documenta/2012/photo_tour/fridericianum

 

La « Documenta (13) », édition 2012 de la bientôt célèbre manifestation initiée voici plus d’un demi-siècle par l’artiste et professeur Arnold Bode, bat comme il se doit tous les records. Faire mieux, en la matière, que Catherine David (1997) ou Okwui Enwezor (2002), directeurs artistiques férus, à leur heure, de maximalisme, était pourtant difficile. Ceux-là, plus que leurs prédécesseurs (Harald Szeemann, Manfred Schnekenburger, Jan Hoet, Roger Bürgel…), avaient résolument élargi le spectre de la Documenta : à la théorisation à tout crin pour la première (une conférence par jour pendant cent jours), au territoire pour le second (des séminaires préparatoires organisés sur plusieurs continents). Qu’à cela ne tienne. Carolyn Christov-Bakargiev est une athlète, elle possède des fichiers bien garnis et une solide culture générale. Déjà, les artistes en arts plastiques et visuels, aujourd’hui, ne manquent pas : un vivier où elle puise sans mesure, à pleines brassées. Ajoutons-y une petite dose d’artistes que la mort a attrapés, et dont les mânes sont également convoquées – Salvador Dali, Julio Gonzalez, Antoni Cumella, Fabio Mauri ou Alighiero e Boetti, véritable vedette post mortem de cette manifestation quelque peu nécrophile. Encore, pour signifier que le présent doit beaucoup au passé, Carolyn Christov-Bakargiev a soin de faire revenir au grand jour de Westphalie différentes œuvres tirées du répertoire archéologique, muséologique ou anecdotique, sans recherche d’une cohérence : les magnifiques « Princesses de Bactriane », statuettes datées d’environ 4000 ans ; le flacon d’eau de toilette d’Eva Braun trouvé, à Berlin, dans les appartements qu’Hitler partageait avec sa maîtresse à la Chancellerie, et qu’utilisa le 30 avril 1945 la photographe Lee Miller, le jour même où les amants maudits du IIIe Reich se suicidèrent. Des sculptures de forme improbable, calcinées, fusionnées par leur fonte sous l’effet du feu qui dévasta durant la guerre civile libanaise le musée de Beyrouth. Sans oublier dans ce fourbis l’éloge de Christov-Bakargiev au « fogcatcher ». Habile dispositif inventé par l’ethnographe chilien Horacio Larrain Barros, ce panneau textile sert aux rares habitants de l’Atacama, au Pérou et au Chili, de récupérateur d’eau, une eau prélevée à partir du brouillard venu de l’océan Pacifique et qui submerge fréquemment le flanc andin de ce désert.

Encore ? Un hommage aux pommes, il est vrai d’un genre peu commun, du fait de leur origine. Korbinian Aigner, religieux et opposant au IIIe Reich, mit au point pendant sa captivité au camp de Dachau une espèce particulière de pomme qu’il nomma la « K7 », diminutif signifiant Konzentration Lager, « camp de concentration ». Fort symbole de la résistance au fascisme que la « Pomme Korbinian ». Un pommier Korbinian, du coup, est planté à Kassel même, dans le parc Karlsaue, face à l’Orangerie, dans le cadre de la Documenta (13).

 

To Serve the Westerner
Un avantage, pour ceux qui n’aiment pas l’art contemporain, que cette « visite dans la visite » offerte par la Documenta (13). Celle-ci, à défaut de nous raccrocher à la plus instante contemporanéité, a pour vertu d’occuper quiconque n’aura pas eu l’heur de goûter, dès l’entrée du Fridericianum, « spot » central de la manifestation, le courant d’air artificiel tout juste perceptible installé là par Ryan Gander (I need some meaning I can memorise (The Invisible Pull), 2012), une œuvre d’art déguisée en courant d’air. Car tout est prévu, en ces lieux de culture, pour rendre le moment agréable. Une petite faim ? Rendez-vous à la tente des femmes Sahraouies (Union-Coopérative Nationale des Femmes Sahraouies) invitées par la Documenta : on vous y servira un plat de couscous selon le rituel indigène, à consommer assis sur un tapis. Ah, la toujours fraternelle rencontre du petit-bourgeois occidental avec l’« autre », autour d’un bon repas qui plus est. Kassel mon amour (de l’altérité) ! Intéressant renversement de perspective, notons-le au passage. On se souvient que l’artiste thaï Rirkrit Tiravanija, Madelon réactualisée de nos vernissages Arty, s’est fait depuis vingt ans une spécialité de nous servir, à nos autres spectateurs conquis par tant de pulsion au don (l’institution règle la note, cependant), de l’eau, ou des crevettes. Dorénavant, c’est la cuisinière sahraouie qui est devenue l’artiste.

Remarques inspirées par la si souvent invoquée « haine » de l’art contemporain que celles-ci ? Pas le moins du monde. Simple recension de faits, avec leur signification implicite. Visiter la Documenta, c’est prendre pied dans un parc d’attractions temporaire élaboré sur le modèle tutélaire du Disneyland pour grandes personnes sérieuses, cultivées et qui ne cessent de voir du paysage (l’Occidental est connu pour sa passion des voyages, venant le plus clair du temps combler le vide de sa vie paradoxale, faite de trop-plein). Au Westerner, ce quidam intellectuellement informé et pointu, et demeuré curieux, il importe d’en donner le plus possible. Le sidérer, l’ennuyer, l’émerveiller et l’obliger à cogiter dans le même mouvement, c’est lui faire ressentir la densité de sa vie à lui, vie d’excellence et de raffinement, rien d’autre. Vous en doutez ? Rendez-vous dans l’espace de création littéraire installé dans le périmètre des expositions, un autre des « musts » de cette décidément imaginative Documenta (13). Vous n’aviez jamais vu un écrivain au travail ? Eh bien ci-fait. Vous voilà observant, penchés sur leur cahier d’écriture ou leur ordinateur portable, Enrique Vila-Matas, Aaron Peck ou encore Adania Shibli occupés à… écrire. Comme on regarde les singes du zoo.

 

En un vrac calculé
Vous en voulez encore ? Anton Zeilinger, spécialiste autrichien de la physique quantique, fera pour vous, dans le cadre de Documenta (13), quelques expériences dans le but de vous éclairer sur sa science, complexe s’il en est. Et si vous n’aviez jamais vu de vos yeux vu la météorite Chaco, tombée sur l’Argentine voici quatre mille ans, un de ses trois morceaux vous sera montré dans la foulée, avec ses airs de sculpture minérale signée Ulrich Rückriem. Je suis venu pour une exposition d’ART !, vous exclamez-vous alors, en récriminant. Oui, l’art, c’est vrai. On l’aurait presque oublié.

Versant art vivant, cela tombe bien, la Documenta (13) est justement d’une richesse inouïe. Ne boudons pas notre plaisir et sus aux esprit chagrins. Non que Carolyn Christov-Bakargiev soit généreuse : le temps que dure la Documenta, cent journées, aucune autre exposition que la Documenta elle-même n’a été tolérée dans les parages, à l’exception de celle de Stefan Balkenol, invité là par d’autres instances et déjà dans la place, qui a refusé de plier bagage et a fait un esclandre lors de la présentation officielle de la manifestation – regrettable pulsion de révolte que celle de cet artiste trop peu servile, geindront les âmes pacifistes : celle-ci aura eu pour effet de ruiner in nucleo la performance d’ouverture programmée par l’artiste Ceal Floyer, se ronger les ongles, devant le gratin du monde de l’art venu en masse à Kassel, pendant cinq minutes. Le droit à la revendication, cette plaie de la démocratie.

En fait, Carolyn Christov-Bakargiev est prudente, à défaut d’être aussi œcuménique qu’on pourrait le croire au vu de la largeur de sa sélection artistique. Être prudent, dans ce cadre tactiquement marqueté, cela veut dire quoi ? D’abord, n’oublier personne – ne pas commettre ce faux-pas de sélectionneur qui vous ferait omettre d’inviter à Kassel les artistes du mainstream occidental mais aussi « noccidental », artistes aborigènes compris (Warlimpirrnga Tjapaltjarri), dont la science des lignes et les supposés conciliabules avec le Cosmos ravissent à tout coup. Encore, ne pas prendre le risque d’être taxé(e) de féminisme ou de machisme en invitant plus de femmes que d’hommes ou plus d’hommes que de femmes (on se souvient à propos qu’un des titres de gloire de la biennale new-yorkaise du Whitney Museum 2010, proclamé haut et fort par ses organisateurs, était de compter plus de femmes que d’hommes, une arithmétique consensuelle mais qui n’en a pas moins déclenché l’ire des ennemis du quota…). Aussi, rendre hommage aux artistes qui souffrent, pour cause de dictature, de l’exercice de leur droit d’expression (regrettables oublis, cependant : le Chinois Ai Wei Wei, assigné en résidence dans son pays, il est vrai invité déjà à Kassel ; les Pussy Riot, en détention en Russie pour avoir critiqué les liens électoraux entre Vladimir Poutine, maître du Kremlin récemment réélu à la tête de l’État russe, et l’église orthodoxe). Last but not least, faire écho aux luttes du moment : Printemps arabe, combat écologique (intéressantes propositions d’Amy Balkin)…, au travers d’œuvres engagées, du moins en apparence. Une bonne sélection est à ce prix. Elle doit avaliser les options dominantes de l’establishment artistique, ménager la chèvre et le chou, ne jamais se montrer propagandiste de manière unilatérale. Impératif catégorique : sacrifier si possible sans heurts à la bien-pensance éclairée.

Ce principe du « digest » prémâché a son bon côté : il permet la constitution d’une Guest List à peu près irréprochable, où ne manquera pour ainsi dire personne d’attendu tous genres stylistiques confondus, de la peinture à l’installation en passant par la vidéo d’exposition, la performance ou la danse (belle invitation faite à Jérôme Bel, chorégraphe qui travaille avec des handicapés). Dans  cette Guest List de circonstance, on trouvera encore, inévitablement, bien des vieilles gloires, celles qui sont de tous les circuits quoique l’intérêt de leur travail ait fini par s’émousser grandement (Judith Barry, Ida Applebroog, Lawrence Wiener) au regard des préoccupations de notre époque. La jeunesse y sera amplement représentée, au prétexte qu’elle est la semence de l’art futur (John Menick, Tino Seghal, Jeronimo Voss, Toril Johannessen, Adriana Lara…). Les propositions conceptuelles seront elles aussi citées à comparution, seraient-elles peu attrayantes pour l’œil (Wordly House de Donna Haraway). Encore, on veillera à ménager une place à l’artiste réfractaire, celui qui refuse d’en être mais qui y est quand même. Cette fois, le champion ès solécisme (dire « non » avec la voix mais « oui » avec la tête et les membres) est l’italien Francesco Matarese, dadaïste à contretemps, partisan résolu du « non-art » refusant d’ajouter quelque chose au « something » ambiant et de collaborer avec lui. La subversion, ce mesquin théâtre d’hypocrisie, parfois. Enfin, les artistes amis, ceux auxquels on a donné une partie de sa vie studieuse et gratifiés d’une admiration sincère. Janet Cardiff, William Kentridge viennent pour la circonstance remplir ce rôle, Kentridge auquel Carolyn Christov-Bakargiev a consacré une monographie, et qui aura signé pour l’occasion, dans la Hauptbanhof (la gare ferroviaire) de Kassel, une installation monumentale sonore au fonctionnement aussi intrigant qu’attractif (The Refusal of Time). La philia, une bonne chose, esprits mesquins et ennemis du népotisme !

 

Le sens ?
La sélection présentée à Kassel, par son éclectisme et sa densité combinée, a du moins ce résultat bienvenu, sur lequel on ne trouvera rien à redire, et qui est de nature à satisfaire : rendre compte de la force de l’art.

L’artiste contemporain ? Il parle de tout, donne à tout une représentation, rien ne lui échappe. Pas plus la restitution du style historique d’un magazine, comme le montre avec brio la longue sculpture de papier proposée par Geoffrey Farmer (Leaves of Grass, 2012), faite de centaines de découpes de Life montées sur piédestal et tiges, que la question du déchet, récurrente dans le propos artistique depuis Duchamp et Schwitters. Cette dernière, Lara Favaretto l’« exemplifie » ainsi avec une froideur peu commune : l’artiste, sans aucun état d’âme, a reconstitué dans Kassel une décharge de ferraille (Momentary Monument IV). Tout pareil s’agissant du passé revisité avec un Wael Shawki. Les deux vidéos Cabaret Crusades de ce prometteur artiste égyptien, narrant l’histoire des Croisades vues par l’écrivain arabe Amin Malouf, sont une démonstration majeure des pouvoirs de transfiguration imaginaire propres à la création dès qu’elle se met en roue libre de ses préjugés plastiques. Recourant à des marionnettes, Shawki choisit de déshumaniser les grands acteurs historiques des Croisades, les changeant qui en pantin, qui en animal plus ou moins monstrueux, une mutation qui confère à ceux-là une existence magnétique, en plus de les faire entrer dans le mythe. Une mention aussi, entre beaucoup d’autres, pour les œuvres énigmatiques à fort quotient plastique, qui attirent par leur égale capacité à séduire et à intriguer – ainsi des aquarelles de Mariana Castillo Deball (Sciences diagonales) ou des organigrammes et diagrammes complexes sur papier, saturés de références à l’économie, de Mark Lombardi (BCII, ICIC & FAB, 1972-91 (4th Version)).

Enfin, quelques chefs-d’œuvre, un mot qui n’a rien de galvaudé au regard, notamment, du formidable ensemble proposé par Kader Attia, The Repair from Occident to Extra-occidental Cultures, qui en tient lieu sans conteste. Ensemble nourri d’images collectées, de découpes de journaux, d’affiches, de films documentaires, de statuettes, la considérable installation d’Attia constitue sans nul doute le monument ultime de la dette que l’Occident a contractée auprès des pays inféodés naguère encore à son joug colonial. Le thème générique de cette œuvre hors norme, à double entrée, est ici celui du masque africain, qui inspire les artistes « primitifs » du XXe siècle, et de la gueule cassée, celle des soldats victimes de bombardements de la Première Guerre mondiale dont le visage a été ravagé. Une curieuse proximité plastique et symbolique sourd de ces deux mises en forme de l’humain présentées par Attia de façon simultanée et spéculaire, renverraient-elles l’une et l’autre à une représentation diamétralement opposée de l’humain – la dimension métaphysique pour le masque africain ; la pulsion de mort et la barbarie pour la gueule cassée.

Le sens que forme, pour solde de tout compte, le spectateur projeté au cœur de cette foire d’empoigne visuelle et intellectuelle qu’est la Documenta (13) ? Il s’avère, sans surprise, fluctuant. Au demeurant, pourrait-il en être autrement au vu du parti pris de non-engagement pour lequel opte Carolyn Christov Bagarkiev ? Faire acte de multiples engagements par œuvres d’art interposés a politiquement parlant cet avantage, que la directrice artistique de Documenta (13) ne saurait ignorer : pouvoir aisément se désengager, renvoyer la responsabilité de l’engagement pris à l’artiste, à son œuvre propre et à son propos, dont le spectateur fera ce qu’il veut, en acquiesçant ou pas. Prise de risque institutionnelle minimale. Chacun, de passage à Kassel, élit ad libitum ses champions de style, ses héros ès sensibilité, ses maîtres à regarder et à penser. Ce marché-là de l’art, le marché culturel, se fait marché libre, on y consomme, on y aime, on y rejette ce que l’on veut. L’institution propose et oriente, le spectateur trie et élit.

 

L’au-delà du seuil critique
Dernier point d’importance, parce qu’il constitue une nouveauté, de cette treizième Documenta : son expansion inédite.

La Documenta (13), on l’a dit plus haut, prend ses quartiers de manière très élargie sur plusieurs continents à la fois. Comme telle, elle se présente comme la première Documenta non-visitable. Qui en effet, à part le staff de l’exposition, pour se permettre d’aller tout à la fois, en moins de cent jours et avec les frais exorbitants que cela induit, à Kassel, à Kaboul, au Caire, à Alexandrie et à Ganff ? Gageons que les bras en tombent même aux oisifs les plus argentés de la planète. En 2002, Okwui Enwezor, directeur artistique de la Documenta 11, avait initié le principe de cette multi-localisation mais, pour sa part, en se contenant à la tenue hors site de séminaires (à Bombay ou Lagos, alors), en amont de l’exposition de Kassel  qui plus est. On pouvait encore, sous condition de se rendre disponible quoique à grands frais, suivre l’ensemble de la manifestation.

Cette dépolarisation est un symptôme intéressant. Consensuellement parlant, elle apparaît comme une très bonne initiative institutionnelle. Après tout, l’art s’est « globalisé », le monde de l’art est devenu multipolaire. Il n’est dès lors pas indifférent qu’une manifestation internationale de renom se plie, par son organisation même, à ce devenir statutaire. Où le bât blesse, hélas !, c’est au registre de la non fréquentation potentielle dont ce type d’organisation est aussi l’indice éclatant. Disperser la Documenta en quatre ou cinq points de la planète, c’est signifier en creux que le monde de l’art contemporain ne peut être circonscrit (dominé ?) que par l’institution à proprement parler. Le quidam, lui, n’en consommera que les miettes. Dans l’hypermarché mondial de la culture, seuls les patrons ont la haute main sur l’ensemble du site. Le consommateur lambda, pour sa part, est prié de se cantonner à quelques rayons seulement.

Outre un notoire mépris du spectateur, cette hypertrophie signale que les organisateurs de la Documenta se sont portés au-delà du seuil critique caractéristique de ce genre de manifestation. Le destin des manifestations ou des festivals à succès, le plus clair du temps, est dinosaurien : il faut grossir coûte que coûte, faire toujours plus grand, plus fourni, plus impressionnant édition après édition. Avec ce risque, bien connu des décideurs culturels, le maximalisme inopérant. Vient un moment où le public peut faire défaut et désavouer la fameuse « jauge », le budget exploser, la programmation s’appauvrir. Un des traitements bénéfiques, contre ce type d’évolution, est le redéploiement opératoire : on « éclatera » la manifestation mais, de façon judicieuse, de manière à ce qu’elle demeure accessible au consommateur culturel, celle-ci se ramifie mais le secteur géographique qu’elle occupe se restreint à un périmètre homogène (Festival de théâtre d’Avignon, festival d’art de rue d’Aurillac… en France, par exemple). Une autre solution, de l’ordre cette fois de la restriction, consiste en une « réduction de la voilure ». On revient alors à plus de mesure, sinon aux fondamentaux – à la manière dont un chanteur Pop, après avoir tâté le concert en stade avec mise en scène pharaonique, s’en revient au concert acoustique dans une salle aux dimensions proches de l’espace privé.

La Documenta (13), pour sa part, prend une option autre, celle du gigantisme mutidimensionnel. Ce faisant, elle suggère à l’envi que son offre dépasse la possibilité d’être consommée. Elle fruste de manière délibérée l’envie du spectateur de prendre l’entière mesure d’un événement. Elle met en avant, conséquemment, un principe fatal de consultation partielle. Spectateur, tu verras mais tu ne verras pas tout.

 

La nouvelle machinerie totalitaire de l’industrie culturelle
On ne croit pas aller trop loin en diagnostiquant dans cette manière fort volontaire de procéder une nouvelle forme de totalitarisme, propre à l’âge démocratique celui-là, et prompt à nourrir le concept de « post-démocratie » – cette démocratie qui affiche avec rigueur ses principes d’équité mais qui, dans les faits, a mis en coupe réglée nos vies, nos espaces d’échange social, nos désirs, sur fond de surveillance généralisée et paranoïaque. Ce totalitarisme est spécifique. Là où le totalitarisme classique, en termes de culture, mise sur le peu (trop de culture est nuisible, le corpus culturel doit être borné, et ses contenus, être rendus normatifs et politiquement utiles), le totalitarisme « postdémocratique » mise, quant à lui, sur le trop. Trop de créateurs, de créations, d’émergence ? Pas de problème ! On s’évitera de sélectionner – d’« exclure », verbe banni par le consensus – en mettant le tout en avant et en le présentant en vrac et n’importe où. La seule instance capable d’avoir une vue globale de la situation et d’en organiser la scénographie est dès lors l’institution dans sa forme élargie – en ce qui concerne le domaine de l’art contemporain, le réseau solidaire du marché, du monde curatorial et des espaces d’art influents. Le gage d’un indéniable pouvoir, à n’en pas douter, ce pouvoir de sussurer à quiconque aurait en vue la critique : « Comment pourrais-tu dire le vrai sur ce qui est, puisque tu ne peux accéder à la totalité de ce qui est, et qui fait le vrai ? » Toute intiative privée, sauf à devenir insolente de pouvoir ou à se raccrocher au char de l’officialité (Fondation Pinault), se condamne par comparaison à travailler à une échelle liliputienne, de peu d’impact, hors l’espérance d’un rayonnement global.

Telle est une des limites mises pour l’occasion au « partage du sensible » (Jacques Rancière) dont la culture contemporaine dans sa forme avancée serait, nous rebat-on les oreilles, la garantie. Partage du sensible, oui, mais sous condition (de moyens, essentiellement : se cultiver reste coûteux, même dans le monde occidental, mieux nanti que le reste du monde). La Documenta (13), à cet égard, se fait championne d’ambiguïté, entre générosité et cynisme. Ses contenus, de qualité, importent autant que l’idéologie qu’elle véhicule, sous la bannière de l’ouverture et d’une générosité l’une comme l’autre discutables. Cette idéologie ? Celle de la pulvérisation culturelle. P. A.

http://d13.documenta.de
A consulter Universes in Universe :
http://universes-in-universe.org/eng/bien/documenta/2012/photo_tour/fridericianum

 

Paul Ardenne (France) est historien de l’art. Il a chroniqué depuis 1987, pour diverses revues, les Documenta de Kassel. Derniers ouvrages publiés : Corpopoétiques 1 (BDL-La Muette, 2011), Cent artistes du Street art (La Martinière, 2011), L’Histoire comme une chair (BDL-La Muette, 2012).
Il est le directeur artistique de l’édition 2012 du Printemps de Septembre à Toulouse (28 sept.-21 oct. 2012), sur le thème de l’Histoire (« L’Histoire est à moi ! History is mine! »).
Blog : paulardenne.wordpress.com
ardennepaul@hotmail.com