BATAILLE PAR SURYA, L’EXTRÊME À L’OEUVRE

Georges Bataille fut parmi les premiers à situer Sade comme l’origine de la modernité. On sait quel chemin l’idée a fait depuis, et récemment chez des auteurs comme Alain Badiou ou Mehdi Belhaj-Kacem. Bataille incarne la pensée moderne, subversive et insubordonnée. Il reste inclassable, irréductible à un courant de pensée, irréductible tout court. Bataille c’est l’expression de l’extrême, une obsession qu’il partagera avec son ami Maurice Blanchot. Surtout, son œuvre littéraire, ses écrits politiques comme sa philosophie constituent une source intarissable.

Michel Surya, auteur et philosophe de même que directeur des éditions Lignes, analyse l’œuvre et les connexions de Bataille comme personne auparavant. On y retrouve tour à tour l’expérience de ses premières années a Reims, la complexité de ses liens avec les surréalistes et avec les auteurs de son temps. Mais c’est surtout la pensée – la philosophie à la dérobée – qui est disséquée ici, et admirablement. Gallimard avait initialement édité Georges Bataille La mort a l’oeuvre dans la collection “blanche” en 1992, l’ouvrage est à présent réédité dans la collection Tel. Il est absolument indispensable à qui souhaite connaître, comprendre et s’imprégner de l’oeuvre de Bataille.

 

Michel Surya

Georges Bataille, La mort à l’œuvre

Collection Tel (n° 390)

Gallimard 2012