CIRCUS POLITICUS

L’élection présidentielle est un spectacle. Ce qui s’opère à travers les quelques mois d’affolement précédant le moment fatidique du résultat du second tour c’est d’abord une catharsis télévisuelle, à l’instar du match de football ou d’une mauvaise série télé. L’action de terrain n’est l’apanage que d’un ou deux candidats. Au final, les idées des programmes comptent peu, d’ailleurs elles varient très peu d’un parti à l’autre. Ce sera pour beaucoup sur la base d’affinités électives inconscientes, sur la bonne tête d’untel contre la peur ou la répugnance que suscite un autre, que se feront les choix des électeurs.
La politique, en réalité et en pratique, se joue à un autre niveau. On le sait depuis longtemps. Ce qui est en revanche moins largement connu, c’est précisément les niveaux auxquels elle se joue.
L’ouvrage Circus Politicus paru en début d’année explore la question. Les auteurs Christophe Deloire et Christophe Dubois ont interrogé les présidents ou le cas échéant d’autres responsables d’associations et d’organismes comme l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), le Cercle des économistes, le Club des Banques, le Fonds Monétaire International (FMI) et d’autres instances clé du pouvoir global. Sur la base d’entretiens, de confidences et de l’accès à des notes secrètes, les auteurs tentent de définir les bases de ce pouvoir.
En analysant ce pouvoir global si volontairement éloigné des peuples, l’ouvrage redit comment les intérêts privés gouvernent et dans quelle proximité s’inscrivent les grands partis politiques européens et les pouvoirs financiers.

Jérôme Lefèvre

Circus Politicus
Christophe Deloire et Christophe Dubois
Albin Michel, 2012

http://christophedeloire.com/circus-politicus-2/