Les pensées de Sam Moore, Extraits de Nuit ajourée, 2020 – part II

Putain de car ! En vrai cela ne sert qu’à rouler… et rouler des mécaniques c’est totalement has been
comme d’habitude Lamaline venait de faire son entrée fracassante d’hyper énervée. La double porte avait tremblé, dans la minute même je m’étais imaginé qu’elle franchissait la porte d’un saloon, assoiffée.
Il va falloir franchir le pas differemment. Diaphragmenté
passer de has been à As bean – tel un bouquet d’artifice, rising star, projection avec toute une flopée d’étincelles encore dégoulinante, le toucher terre, approfondir dans les sous sols, up and comer, planter la graine, as bean, jusqu’à ce qu’elle ressorte, en germe 
as bean, l’autre versant soft de la green guerilla.

Bobby beautyful sun et kenneth la colère assistent à l’explosion du bouquet de beans, couleurs jaillissant du sol au ciel et du ciel en retombée vers le sol ;
rising star
up and comer
as bean

Rising star, image poétique, rêveuse, utopique, un ancrage au réel avec l’idée vraiment d’être là au bon moment, comme branché, connecté, prêt à cracher ses geysers pour atteindre le nirvana.

As bean, 

Des hommes cuirassés, harnachés comme des motards caressant les flans de montagnes montent sur le toit d’un bâtiment et ne trouvent rien.
Au vent fou
Take me, yours
green, yellow, orange, red, pink, blue, black
lepiote socks on
gardening
truffé de beans – les bambous rusés chuintent et murmurent à l’oreille des pandas de ne pas trop laisser approcher les pangolins

Put on your green shoes, darling
Pantomin manidae pangolin
Lorem Ipsum

As bean

ça sent le pop corns à gogo au pied des haricots. Black beans. C’est décidé ! Ils seront noirs. Black outside and green inside ! Un vert franc à la cassure.

Neque porro quisquam est qui dolorem ipsum quia dolor sit amet, consectetur, adipisci velit …
Has been, ça ressemble à la bataille de Pavie, extrait de la palisse ajourée. Vue de l’autre côté, as bean. As bean in time. Le haricot passe au beurre.

Les pensées de Sam Moore, Extraits de Nuit ajourée, 2020 – part II