LES PENSEES DE SAM MOORE ET SES DIVAGATIONS … VI (11 AUGUST) …

C’était trop peu de parler des cannelures aujourd’hui, la fracture aurait tout aussi bien fait l’affaire mais la dimension physique et sculpturale aurait été complètement abscons. Les cannelures cachent des interstices propices à d’autres espaces qui ne se révéleront qu’au creux de leur forme. La fracture est sans doute plus irréversible, une ligne franche bien qu’elle puisse engendrer un versant al contrario et de facture à s’opposer.

Lamaline, revenait sur le tapis, accompagnée comme une douceur de l’orient, il était temps de laisser aller les tensions qui s’étaient accumulées jusqu’à lors. Lamaline, elle se laissait glisser sous la soie pour ne retenir que le volubile

Elle riait et la chanson reprenait de plus belle …

Show me the rock,
Sur la plus haute branche, 
la pipe du corbeau
au Piacé, se mouve
Et de sa pince à rallonge qui gobe 
comme d’un coup de ciseau,
pince me le cœur, pince moi la mousse
Sans essouffle ni esbroufe, Sam Moore accourt
Pince la pipe et tombe le rock

La song était short, reprise
Hummmmm hummmm humm yeeeee hummmm hum yeeeee
Show me the rock
Show me the rock

Lamaline se sentait tellement lente comme une tortue,
une tortue sans doute un peu volante.

A vol d’oiseau elle sentait bien que le pétrophiliste et le pipophiliste se donneraient probablement rendez-vous non loin de la cour carrée.  D’ailleurs vue du dessus, le cœur du carré apparaissait tel un cadran solaire, et le gnome-gnomon donnait l’heure pendant 4 heures de son temps sous le soleil tapant. Les pièces tombaient à pic comme une allégorie de l’économie. Sam Moore se demandait si les collectionneurs arriveraient à temps ?

Sam Moore

Extrait de  Les pensées de Sam Moore et ses divagations … VI (11 august) avec une pensée pour Gnome-gnomon, performance d’Eric Madeleine, le 1er août 2015 à Château-Gontier dans le cadre de la manifestation “l’Art est la chose” organisée par Hulaut & Clarke.