HISTOIRE(S) DU (SON DU) CINÉMA
(À PROPOS DE JEAN-LUC GODARD)

Du son urbain d’À bout de souffle, qui module la perception que l’image fait avoir du corps dans la ville (sa présence, son rythme, son éloignement, son absence), au recyclage des figures mélodramatiques exercé dans Le Mépris par la musique de Georges Delerue, des ruptures et des reprises narratives qu’opèrent les quatuors de Beethoven dans Prénom Carmen[1], aux voix qui apparaissent comme le prolongement décisif des … Lire la suite

DETACHMENT DE TONY KAYE : VISION SIMPLISTE DU SYSTÈME ÉDUCATIF AMÉRICAIN OU ŒUVRE D’UN PURE ARTISTE SUR LE MAL ÊTRE DES INDIVIDUS ?

detachment tony kaye

Certains voient dans Detachment le « pire du cinéma américain ‘ indé ‘ » qui sert une vision simpliste et moralisatrice du système éducatif américain. Pour ceux-là, Tony Kaye donne dans le visuellement arty. Il utilise sans justification toutes les techniques cinématographiques possibles et imaginables : adresses au public, voix off, utilisation de la super 8, de la caméra à l’épaule… ces effets visuels tape-à-l’œil et techniques m’as-tu-vu n’ont pas … Lire la suite