Roland-Garros et le jardin des serres d’Auteuil rentrent définitivement dans le XXIe siècle.

Enfin le nouveau court Simonne-Mathieu est opérationnel pour l’édition 2019 du French Open. Dessinée par l’architecte-ingénieur Marc Mimram et son équipe, cette architecture contextuelle aura subi la stupidité d’une catégorie de personnes bien français.e.s dont le passe-temps consiste à empêcher tout changement, surtout lorsqu’il s’agit d’architecture contemporaine. Autre exemple en attente : combien de temps faudra-t-il pour habiter la tour Triangle parisienne du duo suisse Herzog & de Meuron ? (1) Pour l’heure, profitons de cet ensemble paysagé dans lequel vient se lover un délicat, fin et précis court de tennis bordé de quatre biotopes.

Vue aérienne du nouveau court Simone-Mathieu. ©Marc Mimram Architecture Ingénierie

Vue aérienne du nouveau court Simonne-Mathieu inséré dans le projet urbain du jardin des serres d’Auteuil, par Marc Mimram Architecture Ingénierie

Entre paysage et structure
Vu du ciel, le court Simonne-Mathieu exprime à merveille l’expression “d’élégance à la française”. Le dialogue entre l’ocre de la terre-battue et l’environnement vert végétal, arbitré en filigrane par le métal et le béton, forme les caractéristiques de Roland-Garros depuis son inauguration en 1928. Cette “French Touch” s’exprime par le choix des couleurs et de la police de caractères du logo et de l’identité visuelle des Internationaux de France de tennis.

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Les serres au service de la flâneuse et du flâneur 
Vue du boulevard d’Auteuil, la présence du court de tennis s’estompe au profit des serres contemporaines. La volonté de mettre en avant les nouvelles serres botaniques s’appuie sur l’emploi de structures verre et acier ayant tout les attributs d’un équipement technique ultra sophistiqué. De dimensions identiques ou presque, les différentes plaques de verre se chevauchent les unes les autres et confèrent à l’ensemble un aspect extérieur assez massif. Malgré les proportions entre les hauteurs et les largeurs en harmonie avec la vieille serre Formigé du XIXe siècle toute proche et les jardins, les quatre serres dessinent un volume un tantinet ramassé. Elles auraient gagné à être plus aériennes, moins présentes. D’une certaine manière, l’architecte répond aux opposant.e.s et leur offre plus de serres qu’elles et ils avaient auparavant.

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

D’ailleurs elles et ils pourront visiter toute l’année, sauf pendant les trois semaines du grand chelem (qualifications + tableaux), la flore de quatre continents : Afrique (au sud), Océanie (au nord), Asie (à l’est), Amérique du sud (à l’ouest). Ces quatre serres botaniques permettent plusieurs circulations : au nord avec le jardin contemporain, au sud avec la ville bâtie – l’hôtel Piscine Molitor, et à l’ouest avec l’axe piéton qui traverse le jardin par l’ancienne Orangerie et l’avenue Gordon Bennett pour arriver à la future nouvelle place des Mousquetaires, prévue en remplacement du court 1. Tout ce parcours sera exclusivement privatisé pendant Roland-Garros. Ensuite nos chers.e.s opposant.e.s pourront bénéficier d’un hectare supplémentaire pour promener leurs caniches, par exemple.

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe (A noter : le tableau du score fait référence à cette fameuse victoire de Yannick Noah à Roland-Garros, en 1983, dernier français à avoir gagné le tournoi !)

Fluidité, légèreté et confort acoustique
L’intelligence du projet tient dans cette magnifique fluidité entre les serres, les voies d’accès aux gradins et le court encaissé. Venant tutoyer la toiture voulue comme un prolongement des serres, les gradins supérieurs, au même niveau que ces dernières, sont d’une légèreté confondante. La structure métallique, composée de plusieurs modules en forme de V, reçoit des panneaux de béton préfabriqués dont la fonction n’est autre que celle d’assise pour les spectatrices et spectateurs. Entre chacun des bancs, des plaques de verre blanc démultiplient les points de vue et accentuent la dimension aérienne de l’ensemble. Le choix d’avoir recouvert les gradins inférieurs de sièges en bois clair donne une douceur visuelle et une certaine classe à ce court d’une capacité d’environ 5 000 places. De part sa volumétrie et son enfoncement à environ 5 mètres de profondeur, le court numéro 3 se protège des bruits de la ville pour mieux se concentrer sur la gestion acoustique de son usage tennistique populaire.

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Simonne Mathieu, entre tennis et résistance
Côté tennis et symbole, notons le choix historique de la joueuse et résistante Simonne Mathieu comme patronyme du court N°3. Au moins cette décision ne devrait pas faire sortir des buissons les opposant.e.s au projet d’architecture ! A moins qu’elles et ils révèlent leurs vrais visages de réactionnaires conservateurs, voir plus … Le parcours, de la double vainqueur du simple dames des Internationaux de France de tennis (1938-39), après six défaites de rang, peut être vu comme exemplaire. En cette année 1939 de déclaration de guerre à l’Allemagne nazie, Simonne Mathieu remporte tout sur son chemin, du simple dames au double dames, en passant par le double mixte. Obligée de stopper sa carrière tennistique, elle embrasse celle de cheffe du Corps auxiliaire de volontaires féminines, après avoir rejoint les Forces Françaises Libres suite à l’Appel du général de Gaulle. Après guerre, de 1949 à 1960, elle deviendra capitaine de l’équipe de France féminine de tennis. Une femme “normale” mais que les circonstances de la vie ont transformé en personne extra et ordinaire.

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simone-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

Le Court Simonne-Mathieu, Roland-Garros, dessiné par MARC MIMRAM ARCHITECTURE & ASSOCIES. © Camille Gharbi Photographe

En attendant les joueuses et joueurs … et le public
Reste une grande frustration liée à la visite, a priori convaincante, de ce nouvel équipement sportif : le court était désertique. Il faudrait en faire une autre pendant l’occupation du court par ses usagers. Comme toute architecture se pratique, comment est-il possible de se rendre compte d’un stade de sport dédié au tennis sans les joueuses, joueurs, face-à-face, raquette en mains, avec autour d’elles et eux toutes les équipes de Roland au travail et bien sûr … avec les spectateur.e.s entrain de les applaudir ?

Christophe Le Gac

(1)A ce jour, il semblerait que les choses avancent … http://tour-triangle.com
https://www.dezeen.com/2019/05/22/tour-triangle-paris-skyscraper-herzog-de-meuron/

FICHE TECHNIQUE DU COURT SIMONNE-MATHIEU
Marc-Mimram-Roland-Mathieu-D-FicheTechnique

http://www.mimram.com
https://www.rolandgarros.com/fr-fr/
https://www.paris.fr/equipements/jardin-des-serres-d-auteuil-1780#presentation